bleu nuit éditeur Accueil contacts home news nouveautés catalogue présentation auteurs Accueil nouveautés news présentation catalogue auteurs

bleu nuit éditeur © 2016 Tous droits réservés.

Henri LECOMTE

Henri Lcomte, ethno-musicologue, spécialiste des ethnies sibériennes, fut élevé par son grand-père, médecin de la Marine, dont la maison regorge d’objets en provenance de Chine et du Japon. Son goût pour l’ailleurs lui vient peut-être aussi de la littérature coloniale, des revues missionnaires et des romans de Paul d’Ivoi à la lecture desquels il consacre des heures entières, réfugié dans le grenier. Sa fascination pour le Grand Nord naît à l’occasion d’une conférence de Paul-Émile Victor à laquelle il assiste, à 12 ans, à la salle Pleyel, et grâce à un livre sur les expéditions polaires de Jean-Baptiste Charcot. Mais c’est sa passion pour la musique qui absorbe d’abord toute son énergie. Il entreprend ainsi l’apprentissage de la guitare (django, blues, musiques d’Amérique latine) puis de la contrebasse, qui l’amène à jouer dans un orchestre de biguine avec des amis antillais et à côtoyer des musiciens afro-américains, via la pratique du jazz, qui le conduit jusqu’à New York.

Au début des années 1960, Henri Lecomte satisfait également son intérêt pour les musiques du monde à Paris, dans des cafés arabes et des cabarets latino-américains comme L’escale, rue Monsieur-le-Prince. Ce faisant, il découvre la musique andalouse et la cornemuse mezoued au cours d’un voyage en Tunisie, puis, lors d’une échappée en Iran motivée par la lecture de L’Épine d’Ispahan de Blaise Cendrars, il prend conscience que la musique justifiera sans aucun doute les voyages suivants. Il étudie l’organologie et constitue une collection d’instruments de musique glanés en ex-Yougoslavie, en Thaïlande, en Indonésie et anime des séances d’initiation aux musiques du monde en entreprise et dans des écoles de France et de l’océan Indien.

Henri Lecomte se souvient de l’année 1971 qui marque sa découverte de la musique rituelle des Gnawa de Mostaganem. Il réalise alors son premier enregistrement, qui sera édité trente ans après, et assiste au rituel de possession des Ghimbala, les génies du fleuve Niger, chez les Songhaï du nord du Mali. Il approfondit sa connaissance de ce type de musique auprès de soufis soudanais en Allemagne ou turcs à Paris, et de lamas bouriates et mongols. Il multiplie également les déplacements en Sibérie où il est le témoin de rituels chamaniques.

Il est aujourd’hui un connaisseur incontournable des musiques du monde.

Chez bleu nuit éditeur :

Guide-World